Ma balade à Paris est une déambulation dans les petites rues de Ménilmontant-Belleville qui au gré des envies, des circonstances nous entraînera dans un quartier populaire, cosmopolite, pluriethnique, avec de nombreux ateliers d’artistes et de petits théâtres. Ce quartier en pleine mutation qui devient de plus en plus branché, a conservé, jusqu’à présent, sa diversité et son état d’esprit culturel.
Partant de la place Gambetta, nous évoquerons le passé successivement rural, au travers de vestiges de l’époque où les coteaux étaient couverts de vignes et abritaient les guinguettes, puis ouvrier, avec entre autres, « La Bellevilloise », coopérative de consommation fondée par des ouvriers, aujourd’hui lieu de spectacles.
Nous irons à la découverte des petites rues aux allures provinciales, des villas et cités, passages et impasses bordés de pavillons aux jardins fleuris.

L’art urbain servira de fil rouge à la balade avec les trois principaux artistes qui ont investit les murs dés les années 1980, avec leurs peintures et pochoirs, Jérôme Mesnager, Nemo et Mosko et associés.
Nous déboucherons sur le parc de Belleville avec sa magnifique vue sur Paris, puis nous évoquerons à la villa Castel, le tournage du film Jules et Jim de François Truffaut, après celui de Casque d’Or de Jacques Becker, rue des Cascades.

Après avoir emprunté la passerelle de la rue de la Mare, pour traverser la Petite Ceinture, voie ferrée qui entourait Paris, l’église Notre-Dame de la Croix s’imposera à nous, troisième par sa taille après Notre Dame et Saint Sulpice et nous arriverons sur la place Maurice Chevalier, le plus célèbre enfant de Ménilmontant.

La balade s’achèvera soit dans le bas de la rue de Ménilmontant dans le quartier arabe ou en haut retour place Gambetta.

Paris le 5 juin 2017, Article de Valérie P. Greeter à Paris

Valérie P.

Retraitée, née à Paris et y ayant toujours vécu, passionnée de théâtre, de cinéma, d’art je ne me lasse pas de cette ville qui est pour moi un décor prodigieux, un spectacle permanent avec en cadeau, le souffle du passé.
Je suis toujours émue de la voir vivre et heureuse d’y vivre. C’est cette émotion et ce bonheur que j’aime faire partager à mes amis provinciaux et étrangers et depuis 1 an, grâce à Parisien d’un jour, Parisien toujours, aux visiteurs que je traite comme des amis. J’aime particulièrement les quartiers populaires en perpétuel mouvement comme celui où j’habite.

Pin It on Pinterest

Share This